L’année 2013 aura été peu reluisante pour l’image de l’industrie de la croisière.  Le naufrage du Costa Concordia, les problèmes mécaniques très médiatisés du Carnival Triumph et du Carnival Dream et d’autres incidents du genre ont miné la confiance des consommateurs.

En réponse à cette situation, l’association internationale des compagnies de croisières (CLIA) a annoncé l’adoption de la charte des droits des passagers de croisières. Le but étant de clarifier ce à quoi les consommateurs sont en droit de s’attendre dans différentes situations où le déroulement normal de leur croisière est perturbé.

La charte des droits des passagers a été adoptée pour l’Amérique du Nord, bien que tout voyageur qui achète un billet pour une croisière à travers une agence de voyage ou d’une compagnie de croisière en Amérique du Nord sera couvert. L’application de la charte sera étendue aux organisations de croisière membre de CLIA à l’échelle internationale au plus tard à la fin de 2013.

La charte des droits des passagers de croisières

  1. Le droit de débarquer d’un bateau accosté si les services essentiels comme la nourriture, l’eau, des toilettes fonctionnelles et l’accès aux soins médicaux ne peuvent pas être adéquatement fournis à bord, à moins que le capitaine ne craigne pour la sécurité des passagers ou que les règles de douanes et d’immigration du port ne l’interdisent.
  2. Le droit à un remboursement intégral pour un voyage qui est annulé en raison de défaillances mécaniques ou un remboursement partiel pour les voyages qui sont terminés prématurément en raison de ces défaillances.
  3. Le droit de disposer, à bord des navires opérants en haute mer, de soins médicaux professionnels d’urgence jusqu’à ce qu’une aide médicale terrestre soit disponible.
  4. Le droit d’être informé, en temps opportun des modifications dans l’itinéraire du navire, en cas d’urgence ou d’une défaillance mécanique, ainsi que d’obtenir des mises à jour régulières sur l’avancement des efforts visant à remédier à ces défaillances mécaniques.
  5. Le droit à un équipage de navire qui est adéquatement formé aux procédures d’urgence et d’évacuation.
  6. Le droit à une source d'alimentation électrique de secours en cas de défaillance du générateur principal.
  7. Le droit au** transport vers le port prévu de débarquement** du navire ou à la ville de résidence du passager dans le cas d’une croisière qui se termine de façon anticipée en raison de défaillances mécaniques.
  8. Le droit à l’hébergement si le débarquement se fait dans un port autre que le port de débarquement prévu lorsqu’une croisière est annulée de façon anticipée en raison de défaillances mécaniques.
  9. Le droit d’avoir accès, sur le site Web de chaque compagnie de croisière, à un numéro de téléphone sans frais qui peut être utilisé pour toute question ou demande d’information concernant tous les aspects des opérations à bord des navires.
  10. Le droit de pouvoir accéder à cette Charte des droits des passagers de croisières sur le site Web de chaque compagnie de croisière.

Que pensez-vous de cette charte?